L’écrevisse américaine

 (Source : Office de l’agriculture et de la nature Münsignen / Berne)

Critères de détermination

Carapace rugueuse, avec beaucoup de dents et de denticules ; longueur du corps à peine supérieure à 12 cm. Bords latéraux frontaux lisses, parallèles jusqu’à l’articulation de l’épaule avec pointe aiguë. Rostre proéminent, court et pointu, pas de carène médiane visible. Un seul bourrelet postorbitaire net, denticules sur le sillon postcervical, segments transversaux rouge-brun sur l’abdomen. Face inférieure des pinces jaune sale, absence de dents, pointes des pinces rayées jaune-noir, ne peut être confondue à cause des nombreux petits denticules entre le sillon postcervical et les yeux.

Répartition

L’écrevisse américaine vient de la côte est des Etats-Unis, d’où elle a été importée en Europe au 20siècle. Aujourd’hui on la trouve dans 16 pays européens, depuis l’Angleterre jusqu’à la Biélorussie, mais elle n’a pas atteint la péninsule ibérique et la Scandinavie. Cette écrevisse est très répandue en Suisse occidentale et méridionale, et plus rarement en Suisse orientale jusqu’à  800 m d’altitude. On la trouve le long de cours d’eau importants (Aar, Rhin), mais aussi dans des plans d’eaux. Dans le canton de Berne, elle colonise surtout les lacs de Bienne et de Thoune, mais aussi les canaux du Seeland ainsi que l’Aar en aval de Bienne. Par suite d’inondations, il se pourrait qu’on trouve aussi des écrevisses américaines dans le lac de Brienz.

Mode de vie

Sa résistance à de nombreux facteurs lui permet de se propager rapidement dans de nouveaux milieux. C’est ainsi que les écrevisses étrangères supplantent les espèces indigènes en même temps qu’elles menacent de transmettre la peste des écrevisses. L’écrevisse américaine trouve refuge sous des rochers le long des rives et creuse des tunnels ou des trous dans la vase.